Alexandre Isaac (1845-1899)

Alexandre Isaac, Afro-descendant né dans une famille de la petite bourgeoisie (ce qui lui permet de poursuivre des études secondaires) commence sa carrière dans l’administration des finances. Nommé directeur de l’Intérieur de la Guadeloupe en 1879, il profite de ce poste pour y développer l’enseignement public et gratuit : création d’une caisse des écoles, d’un corps d’instituteurs et d’écoles primaires, d’un lycée (le lycée Carnot de Pointe-à-Pïtre, inauguré en 1883), d’un enseignement agricole et professionnel.

En 1885, Alexandre Isaac est élu à l’unanimité sénateur de la Guadeloupe sous l’étiquette de la gauche radicale. Il s’attachera à continuer l’action entreprise en faveur de l’instruction aux Antilles (envoi de livres, d’oeuvres d’art) et tentera, en 1890, d’obtenir la départementalisation.

Alexandre Isaac se fait remarquer, dès 1888, par des prises de position anticolonialistes.

« Il faut que l’on finisse par se persuader en France, que les colonies ne sont pas des propriétés à exploiter, qu’elles ne constituent pas des pays conquis, soumis aux exigences de la rançon de guerre », écrit-il dans le journal qu’il a fondé, La liberté coloniale.

En 1898, il prend le parti de Dreyfus et figure parmi les fondateurs e la Ligue des droits de l’homme.

Il est singulier que le lycée créé par Alexandre Isaac à Pointe-à-Pitre porte le nom de Carnot.

Ecrit par

Pas de contribution

Ajouter une contribution