Ariana Miyamoto

Ariana Miyamoto, née à Sasebo, près de Nagasaki, en 1994, a été élu miss Japon le 12 mars 2015, mais le fait que son père soit un Afro-Américain lui a valu une salve d’injures négrophobes de la part de ses compatriotes, exprimées principalement sur le réseau social Twitter.

On lui a reproché de n’être pas assez « japonaise ».

Le Japon comprend pourtant 2 % d’Afro-descendants dans sa population (2 500 000 personnes) mais ils ne semblent pas être considérés comme des Japonais à part entière par ceux de leurs compatriotes qui sont nostalgiques de l’époque où le Japon était l’allié de l’Allemagne de Hitler.

Les racistes japonais se sont de nouveau déchaînés l’année suivante lorsque Prianka Yoshikawa a succédé à Ariana Miyamoto : la nouvelle miss Japon, désignée en septembre 2016, est à moitié indienne.

Ces réactions racistes sont à mettre en parallèle avec l’attitude raciste de certains Français vis-à-vis des Afro-descendantes élues miss France, ce qui arrive régulièrement depuis 1999.

Seulement, les avanies que Sonia Rolland avait subies anonymement en 1999 ont lieu en 2016 à visage découvert, et avec un aplomb et une violence inouïes, comme on a pu le voir à travers les messages d’Henry de Lesquen visant Alicia Ayliès

Ecrit par

Pas de contribution

Ajouter une contribution