Clarissa Jean-Philippe

Originaire de Saint-Marie (Martinique), Clarissa Jean-Philippe avait dû, comme beaucoup d’autres, quitter son île natale pour obtenir un emploi dans la fonction publique hexagonale.

En Martinique, ancienne colonie esclavagiste, le taux de chômage est de 22 %. Il atteint 47 % chez les jeunes. Pour beaucoup, la seule solution, c’est l’exil.

En Martinique, moins de 1% de la population, les Békés – 3000 Français descendants d’esclavagistes qui, pour « préserver la race » se reproduisent e fait selon le principe d’eugénisme – contrôle le tiers des entreprises de plus de 20 salariés.

Recrutée dans le corps des policiers municipaux de Montrouge, Clarissa Jean-Philippe attendait d’être titularisée le 12 janvier 2015. Elle aspirait peut-être à revenir un jour dans son île, ayant gravi les échelons.

Alors qu’elle aidait la circulation, perturbée par un accrochage entre deux automobiles, Clarissa Jean-Philippe a été abattue, selon toute vraisemblance, par le nihiliste fanatique Amédy Coulibaly, le 8 janvier 2015, à l’âge de 26 ans.

L’auteur de cet attentat, qui a également blessé un agent de la voirie, lui aurait tiré dans le dos. Probablement à cause de son uniforme de policière.

Coulibaly aurait-il ouvert le feu sur Clarissa s’il avait vu la couleur de sa peau ?

La mort de Clarissa Jean-Philippe n’a guère intéressé, dans un premier temps, les médias français, concentrés principalement sur celle des dessinateurs de Charlie-Hebdo.

 

Ecrit par

1 Contribution

  1. Jean-Yves ANANELIVOUA dit :

    Le parcours professionnel de Clarissa ressemble un peu au mien, car en 1975, pour pouvoir obtenir une formation de maîtrise en électricité j’ai du m’exiler aux Ecoles Nationale d’Electricité de Nantes et de Saint-Affrique pour ensuite être agent EDF stagiaire à Marseille (GRPH-Méditérranée), puis au Sous-Groupe Moyenne-Durance d’EDF Production d’énergie hydroélectrique à Sainte-Tulle avant de retourner dans mon île natale comme soutien de famille suite à la mort accidentelle de mon père en 1977.

Ajouter une contribution