Jean Amilcar (1782-1796)

En 1787, le chevalier de Boufflers, l’excentrique gouverneur du Sénégal, qui avait arraché plusieurs enfants à l’esclavage, en les rachetant, dont la petite Ourika, expédia un petit garçon en France en le confiant à M. de Bourneuf, officier de la garnison du Sénégal.

La destinataire ? La reine marie-Antoinette, l’amie du chevalier de Saint-George.

Il arriva au château de Versailles le en août 1787, âgé de 5 ans, après un court séjour à Paris, 48 rue de l’Université, chez le comte de Langle.

La souveraine le confia à Jean Müller, l’un des garçons de la Chambre de la Reine. Il fut baptisé à Versailles le 20 août 1787 sous le nom de Jean Amilcar et on lui apprit à lire et à écrire.

Les événements d’octobre 1789, qui contraignirent la famille royale à s’installer à Paris, aux Tuileries, furent funestes à Jean Amilcar. Il fut mis en pension à Saint-Cloud chez un maître de pension, Quentin Bledon. Marie-Antoinette paya tant qu’elle put les 400 livres annuelles.

Lorsque la famille royale fut arrêtée et enfermée au Temple, l’été 1792, Marie-Antoinette fut dans l’impossibilité de continuer à débourser cette somme mais, depuis sa prison, elle continua à se préoccuper du sort de son protégé.

Le citoyen Beldon, qui s’occupait de Jean Amilcar à Saint-Cloud, écrivit alors à la Convention pour qu’elle subvienne aux besoins de l’enfant.

La reine fut exécutée ne octobre 1793. Jean Amilcar se retrouvait à 11 ans, dépourvu de protectrice.

Même sans plus recevoir de pension (car la Convention ne répondait pas à ses courriers) Beldon, qui s’était attaché à Jean Amilcar, continua de prendre soin de lui. Probablement sur les instructions de Marie-Antoinette. Beldon, ruiné, s’était installé avec son protégé à Paris, rue de Vaugirard. Il travaillait au Petit-Luxembourg à l’administration des Poids et mesures (qui occupait alors le palais). Il y était très vraisemblablement logé.

Ce n’est qu’à a fin de 1795 que Beldon reçut enfin des fonds de l’administration du département de Seine-et-Oise. Jean Amilcar, apparemment doué pour le dessin, fut mis en pension le 2 mars 1796 à l’école nationale de Liancourt pour y apprendre le métier d’artiste-peintre.

Il décéda malheureusement à Paris quelques semaines plus tard, le 18 mai 1796, à l’hospice de l’Unité (à l’angle des rue Jacob et des Saints-Pères) âgé de quatorze ans. Son seul héritier était le citoyen Beldon auquel on rendit les maigres effets de son protégé.

Ecrit par

Pas de contribution

Ajouter une contribution

Exigeons une maison pour les noirs de France ! Signez / Faites signer la pétition !
Hello. Add your message here.