Khéops pharaon africain

Khéops pharaon africain

Khéops, également appelé Khoufou ou Khnoum Khoufou (Khufu , Khnum Khufu) est le deuxième pharaon égyptien de la IVe dynastie.

Il aurait régné de 2589 à 2566 av JC.

Les informations sur son règne restent à ce jour assez lacunaires.

 

Neferetiabet

 

 

 

ci-contre: Neferetiabet, la fille de Khéops

 

 

 

 

Khéops est principalement connu pour s’être fait construire la grande pyramide de Gizeh, haute de 140 mètres environ, véritable chef d’œuvre architectural.

À juste titre, ce monument funéraire exceptionnel était considéré dans l’antiquité comme la première des sept merveilles du monde.

 

Un homme au phénotype négroïde.

 

Une statue d’ivoire à  l’effigie de Khéops a été trouvée en 1903 et se trouve exposée au musée du   Caire.

KHUFU

 

Kheops musée de Berlin

En 2003, une terre cuite représentant le visage de Khéops (à gauche et notre illustration principale en haut de page) était découverte lors de fouilles entreprises à Saqqara. Elle est exposée dans un musée de Berlin.

Cette représentation de Khéops, comme celle qui avait été découverte un siècle plus tôt, montre un homme au phénotype africain négroïde.

Fin octobre 2017, l’attention du grand public était attirée par la mise à jour, en utilisant des techniques sophistiquées, d’une cavité encore inexplorée au sein de la grande pyramide de Khéops.

Cette découverte a donné lieu à de très nombreux commentaires de la presse occidentale, dont celui du New York Times

La presse est beaucoup plus discrète, en revanche, sur le phénotype africain de Khéops et sur celui de nombreux autres pharaons, dont Toutankhamon, phénotype qui accréditerait la thèse défendue par Chekh Anta Diop, laquelle rattache l’Égypte ancienne à l’Afrique en général et à l’Afrique subsaharienne en particulier.

pyramide

En 1987, un autre auteur, Martin Bernal, publiant son ouvrage magistral Black Athena, était mis au ban de la communauté universitaire occidentale pour avoir fait dériver la civilisation gréco-latine de la civilisation égyptienne.

Quand on connaît ses préjugés, on peut imaginer la stupéfaction du général Bonaparte lorsqu’il découvrit, en 1798, lors d’une expédition qu’il faut bien appeler coloniale, la civilisation égyptienne et son caractère manifestement africain.

N sphinx

L’expédition d’Égypte fut l’occasion, pour le général afro-descendant Alexandre Dumas, qui accompagnait Bonaparte en qualité de commandant de la cavalerie, et qui découvrit avec lui la grande pyramide de Khéops, de donner sa démission avec éclat.

 

 

 

 

Face à la grande pyramide de Khéops, un sphinx sans nez

 

Une légende tenace veut que les Français, d’un coup de canon, en 1798, aient mutilé le sphinx de Gizeh, censé représenter le pharaon négroïde Khafra, l’amputant ainsi d’un nez évoquant peut-être trop l’Afrique au goût du futur empereur.

ci-dessous, le pharaon de la IVe dynastie Khafra, Khafré, ou Kephren, qui régna de 2570 à 2530 et fit construire la seconde grande pyramide de Gizeh, modèle présumé du Sphinx

Khafra

Bien qu’on ne prête qu’aux riches, des dessins publiés en 1755 (œuvres du Danois Frédéric Louis Norden) représentent cependant le Sphinx déjà amputé.

Sphinx Norden 1755

Ecrit par

Pas de contribution

Ajouter une contribution