La culture afro, résistance à l’oppression raciste ?

La culture afro est une affirmation des valeurs de l’Afrique et de sa diaspora.

Elle fut symbolisée- dans les années 60 et 70- par le port d’une coiffure spectaculaire : crépue et volumineuse.

Cette coiffure s’inspirait de celle des guerriers africains qui affirmaient leur identité lorsqu’ils résistaient, les armes à la main, contre la colonisation européenne.

Elle fut à la mode en Europe, influencée par l’Afrique, dans les années 1770-1780, les femmes, comme les hommes se crêpant les cheveux et ajoutant de la poudre blanche.

MarieAntoinette

La reine Marie-Antoinette avec une coiffure Afro

Cette forme de coiffure fut affichée dans les années 60 et 70 par les  militants afro-américains qui se battaient pour l’égalité des droits.

Elle incitait notamment les femmes – mais aussi les hommes -à cesser de s’abîmer les cheveux en se les défrisant pour ressembler aux Occidentaux (qui, paradoxalement, se font bronzer).

Il en résulta une mode planétaire, imposée – à travers la télévision – par la prééminence de la musique afro-américaine et la visibilité de ses interprètes qui avaient adopté ce type de coiffure.

La mode afro semble revenir en vogue au XXIe siècle, comme en témoigne, par exemple la coiffure de plus en plus fréquente, notamment affichée par l’actrice et top-model afro-américaine Yaya Dacosta (née à Harlem en 1982) dans le film Le Majordome.

 

 

 

Ecrit par

Pas de contribution

Ajouter une contribution