La schöne negresse de Blumenbach

Le théoricien allemand Blumenbach (1752-1840 ) est surtout connu pour avoir classifié le genre humain en « races » dont la « caucasienne » serait évidemment la meilleure.

L’adjectif « caucasien » et le racisme de Blumenbach ont prospéré au-delà des espérances.

Mais les théories de Blumenbach sur l’infériorité de la « race » nègre furent considérablement modifiées par la rencontre, vers 1787, à Yverdon, en Suisse, d’une jeune fille nommée Pauline Hippolyte de Buisson. C’était une Afro-descendante  née en 1770 à Saint-Domingue et venue comme domestique pour servir la famille de Treytorrens.

Après sa rencontre avec la « schöne négresse », qui ne fut certainement pas platonique d’après la description qu’il en donne, Blumenbach en arriva à ne pas douter que les Africains avaient certainement la même origine que lui et à rejeter le polygénisme pourtant très en vogue au 18e siècle.

Ecrit par

Pas de contribution

Ajouter une contribution