L’affaire Dieudonné (2003)

Le 1er décembre 2003, sur le plateau de l’émission On ne peut pas plaire à tout le monde, sur la chaîne de télévision publique France 3, l’humoriste Dieudonné M’Bala M’Bala a fait scandale en apparaissant, en direct, en treillis, masqué par une cagoule et coiffé d’un chapeau d’israélite orthodoxe, pour dénoncer la politique d’Israël.

Dieudonné, afro-descendant camerounais, s’était engagé dès les années 2000 dans une dénonciation du racisme et de l’esclavage pratiqué contre les Africains par les Européens. Il avait, à cette époque, tenté de réaliser un film sur le Code noir.

À partir de 2002, le thème de l’antiracisme et de la mémoire de l’esclavage a rejoint dans son analyse celui de la responsabilité des juifs dans l’esclavage et la traite, de la dénonciation de la politique d’Israël vis à vis de la Palestine, enfin de la mise en cause du sionisme en général.

Les thèmes abordés par Dieudonné étant tabous en France, Dieudonné a rapidement été dénoncé comme antisémite et traduit devant les tribunaux.

Dieudonné a été, de fait, interdit d’antenne dans la plupart des médias français et ses spectacles ont été interdits dans de nombreuses villes.

Les partisans de Dieudonné se sont alors émus de ce qu’ils ont analysé comme une censure raciste.

De nombreux médias, sans prendre la peine de faire la moindre analyse, en ont profité pour faire l’amalgame entre les positions de Dieudonné relatives au conflit israélo-palestinien ou au sionisme et les revendications des Afro-descendants de France, accusés d’être antisémites.

C’est dans ce contexte qu’est apparue en décembre 2005 une association, le CRAN (conseil représentatif des associations noires), encouragée par le CRIF (conseil représentatif des institutions juives de France) et soutenue par de nombreux médias, qui s’est présentée comme une alternative à Dieudonné, bien qu’elle ne soit guère représentative.

Depuis 2003, la parole raciste et particulièrement négrophobe s’est singulièrement banalisée dans les médias français, sans avoir donné lieu – c’est le moins que l’on puisse dire – à des sanctions sévères, ce qui a exacerbé, chez beaucoup d’Afro-descendants, un sentiment d’injustice qui n’a pas contribué à apaiser le débat.

Il y aurait, au demeurant, un étude comparative très intéressante à faire entre l’affaire Dieudonné de 2003 et le scandale provoqué quinze ans plus tôt par un autre humoriste d’origine africaine, Éric Blanc.

 

Le sketch de Dieudonné qui déclencha une polémique (en direct sur France 3 le 1er décembre 2003)

Lire la vidéo sur Iphone

Ecrit par

4 Contributions

  1. Sam dit :

    Ce qui est étonnant c’est que les rares noirs qui sont dans les médias ont condamné Dieudonné, répétant comme des jacquots les propos de ceux qui le dénonçaient.

  2. Osé dit :

    Pour moi, Dieudonné est tout simplement le meilleur humoriste francophone.

  3. Nèg MAWON dit :

    Plus on « tue » ce G J D N, plus je l’ aime et plus je les boycotte (leurs Yan barthes, leurs ardisson etc.)

Ajouter une contribution