Louis-Narcisse Baudry des Lozières (1761-1841)

Louis-Narcisse Baudry des Lozières, officier général de cavalerie établi planteur à Saint-Domingue, fut l’une des figures du parti colonial ou club Massiac, qui lutta à Paris pendant la Révolution contre l’abolition de l’esclavage. Il se réfugia en Louisiane après l’insurrection des esclaves de 1791.

Il se fit connaître le 24 mars 1802 en publiant – de toute évidence en service commandé pour préparer le rétablissement de l’esclavage – un monstrueux essai destiné à vilipender les Africains et les Afro-descendants et à glorifier leur mise en esclavage.

Les égarements du nigrophilisme est un véritable manifeste de la négrophobie dédié à l’épouse de Napoléon Bonaparte, Joséphine, qualifiée de « première dame de la République française ».

En ce sens, l’expression de « première dame » a très certainement été inventée par Baudry des Lozières.

La lecture des égarements du nigrophilisme laisse penser qu’il s’agit probablement là d’un des livres les plus ignobles qui aient jamais été imprimés.

On peut en juger par les chapitres :

Hommage au premier qui inventa la traite.

Le nègre est naturellement ennemi du blanc.

L’inconvénient du nègre en France.

etc.

Les égarements du nigrophilisme est une véritable Bible de la haine négrophobe où l’on retrouve tous les arguments, tous les poncifs restés en vogue dans la pensée raciste du XXIe siècle.

Le Premier consul, qui avait commandité cet ouvrage de propagande, ne fut guère reconnaissant à Baudry des Lozières puisqu’il vendit la Louisiane en 1803

 

 

Ecrit par

1 Contribution

  1. Joss Rovélas dit :

    Avec ça, Napoléon et ses descendants politiques de tous bords, si fiers de leur racisme négrophobe sont habillés pour l’hiver. Essayez d’engager une discussion en rappelant que c’est Napoléon Bonaparte qui a rétabli l’esclavage dans les Antilles françaises et aussi le premier à avoir gazé des êtres humains et vous verrez que les gens de ce pays, la France, sont malades de leur colonialisme et de leur négrophobie.

Ajouter une contribution