Petites culottes Dim : les fantasmes littéraires, sexistes et coloniaux de Frédéric Beigbeder

Petites culottes Dim : les fantasmes littéraires, sexistes et coloniaux de Frédéric Beigbeider

Frédéric Beigbeder, dilettante et nightclubber venu du monde de l’imposture (la publicité), gadget lancé par un livre exploitant le crash des Twin Towers, est le produit exemplaire de la France idiote, raciste et décadente de la fin du XXe siècle qui lui a permis de se faire passer pour un grand écrivain, un grand séducteur et à présent un grand réalisateur de films publicitaires.

Rien de tout cela ne mériterait d’être mentionné si Beigbeder, aujourd’hui patron du magazine Lui, pour se faire un peu (plus) d’argent, n’avait réalisé en mai 2016, sous le prétexte d’une publicité pour les petites culottes Dim, un spot à sa propre gloire qui pose problème.

Car les 30 secondes du film où Beigbeder est censé jouer son propre rôle (de grand homme) puent le sexisme, le racisme, le colonialisme, en un mot la bêtise. Elle forcent à rappeler que le réalisateur est issu d’une famille de négriers, bien connus à Saint-Domingue (république d’Haïti).

Ainsi, en 1773, un Beigbeder faisait-il publier dans le journal de la colonie (Les Affiches Américaines)  un avis de recherche pour une de ses « négresses » en fuite, Marie-Anne, marquée au fer rouge sur le sein. On ne sait si elle portait une petite culotte Dim.

Beigbeder

Le film de Beigbeder où il se montre tel qu’il voudrait être : beau, intelligent, cultivé, et surtout fascinant pour les négresses stupides et faciles dont le gentil maître blanc, au bon temps de l’esclavage et des colonies, après les avoir violées, disait qu’elles en pinçaient pour lui.

 

 

 

 

Ecrit par

1 Contribution

  1. Monique Stutz dit :

    Bonjour, et merci, Ce Beigbeder dont je n’appréciais pas l’émission me dégoûte un peu plus ! merci du renseignement !

Ajouter une contribution