Cheikh Anta Diop (1923-1986)

Cheikh Anta Diop, né à Thieytou (Sénégal), vint à à Paris après guerre pour poursuivre des études de sciences et d’histoire.

Sa thèse, consacrée en 1951 aux liens entre l’Afrique et l’Égypte antique, provoqua un scandale dans la communauté scientifique française qui considère, depuis l’expédition d’Égypte menée par Bonaparte en 1798, que la civilisation égyptienne de l’Antiquité appartient à la civilisation européenne et n’a rien à voir avec l’Afrique.

Il faudra 9 ans au Sénégalais pour que son doctorat soit validé.

La thèse de Cheikh Anta Diop est publiée en 1954 sous le titre Nations nègres et cultures.

Cheikh Anta Diop, qui milita pour l’indépendance des colonies africaines, a enseigné à l’université de Dakar.

Dans les années 70, le musée de l’Homme – qui exhibait dans une vitrine la dépouille de la Vénus hottentote – a financé des travaux pour démontrer que les Égyptiens momifiés étaient des « blancs ».

Les polémiques qu’ont provoqué les travaux de Cheikh Anta Diop montrent au moins qu’il a soulevé une question importante : celle des relations entre l’Égypte ancienne et les civilisations négro-africaines dont certains savants européens avaient voulu la séparer.

 

Interview de Cheikh Anta Diop (partie 1)

Lire la vidéo sur Iphone

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Interview de Cheikh Anta Diop (partie 2)

Lire la vidéo sur Iphone

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ecrit par

12 Contributions

  1. Ely dit :

    La terre des Egyptiens et leur civilisation se situent en Afrique pas en Europe. Donc quoi qu’on dise, c’est une civilisation africaine « de souche ».
    Albinisme et vitiligo sont des débuts de preuve qu’un homme à peau très pigmenté peu engendrer une progéniture à peau non pigmentée (albinos) ou qu’un homme pigmenté peu voir sa peau se dépigmenter et blanchir à cause du vitiligo (sans doute tel était le cas de M. JACKSON au début) sans application de produits blanchissants.
    L’ignorance,le manque de discernement,la propension à sombrer dans la dictature expliquent les choix délétères de ceux qui gouvernent ce continent.

  2. Omar dit :

    Je suis étudiant à l’université Cheikh Anta Diop de Dakar. Cet homme est méconnu et ignoré par le monde intellectuel sénégalais et c’est pitoyable parce que ses livres et ses thèses ne sont pas du tout enseignées au sein de l’université ! C’est catastrophique. Senghor ne voulait pas que Pr Diop enseigne parce que ce dernier avait fondé un parti politique qui s’opposait farouchement à la politique de Senghor.

  3. LaCec dit :

    Oh ! Que de souvenirs pour moi. Cette vidéo est tirée de l’émission « For the People », qui passait sur la télévision publique de Caroline Sud à la fin des années 80. Je la regardais régulièrement et je l’enregistrais aussi.

    J’y ai connu plusieurs auteurs comme Ivan VanSertima qui ont beaucoup écrit pour contrecarrer l’histoire « officielle ».

  4. Stéphane Engolo dit :

    Je me demande si cet homme était bien malade ou s’il a été tué. La vérité n’est pas toujours bonne à dire.

  5. Joesac dit :

    J’ai eu l’honneur de rencontrer le professeur lors de sa visite en Guadeloupe peu avant sa mort. Cet homme était un grand. Envers et contre tous il a pu démontrer aux monde que la grande civilisation égyptienne était nègre.

  6. Nadine Fidji dit :

    Les oeuvres de Cheikh Anta Diop que j’ai lues m’ont ouvert de grandes portes sur l’histoire l’ Afrique et m’ont révélé le lien indéniable qu’il y a entre l’Egypte ancienne et l’Afrique.

    C’est un merveilleux travail entrepris certainement dans une grande douleur. Merci à lui pour cette fierté nègre qu’il a contribué à construire.

  7. Dialo Diop dit :

    Juste deux précisions indispensables pour consolider cet aperçu de la vie et de l’œuvre de ce géant africain, au propre comme au figure:

    Sa première thèse, Nations nègres et culture, n’ayant jamais pu être soutenue en Sorbonne, il s’est résolu à la publier à Présence Africaine, mais n’a pu obtenir son Doctorat d’Etat es Lettres qu’en 1960, au prix de la rédaction et de la soutenance d’une autre thèse, principale et secondaire comme cela était de règle à l’époque. Celle ci sera également publiée chez Présence Africaine en deux volumes: L’Afrique noire pré coloniale et L’unité culturelle de l’Afrique noire. Si Nations nègres est bien son ouvrage principal, salue par le regretté Aime Césaire comme « le livre le plus audacieux qu’un nègre ait jamais écrit et qui, à coup sur, comptera dans le réveil de l’Afrique », sa somme finale est sans conteste Civilisation ou barbarie (1981)
    En ce qui concerne sa vie, il faut souligner que le Pr Cheikh Anta Diop à été interdit d’enseignement à l’Université de Dakar pendant vingt ans par le Président Senghor. De son retour au pays en 1960 au départ de ce dernier en 1980, ce génial savant à été confiné dans un laboratoire de datation par le carbone 14, construit par lui-même et sis a l’IFAN, aux portes du campus universitaire.
    C’est donc le successeur désigne de Senghor, le Président Abdou Diouf, qui a rétabli le Pr Diop dans ses droits légitimes d’enseignant, en 1981 seulement, soit cinq ans avant son décès prématuré.

    Pour en savoir plus, les intéressés peuvent consulter l’ouvrage de référence de son fils aîné, Cheikh Mbacke Diop et intitulé : Cheilh Anta Diop: l’homme et l’œuvre , aux Éditions Présence Africaine.

  8. C’est vrai. J’aime l’Egypte ancienne et je sens qu’elle appartient à l Afrique. Rien à voir avec les Egyptiens mélangés d’aujourd’hui.

Ajouter une contribution

Sam. 4 fév. 2017 commémoration abolition esclavage place général-Catroux Paris 17e à 18 h
Hello. Add your message here.