Jean-Baptiste Belley (1746-1805)

Jean-Baptiste Belley est né à Gorée (Sénégal).

Vendu à l’âge de deux ans, il est déporté et mis en esclavage à Saint-Domingue (République d’Haïti).

Exerçant la profession de perruquier, et connu au Cap sous le pseudonyme de Timbazé, il parvint, en travaillant jour et nuit, à économiser pour racheter sa liberté.

Le 9 octobre 17779, il embarqua avec 800 autres Afro-descendants de Saint-Domingue, tous volontaires pour s’enrôler aux côtés des Américains insurgés et participa à la bataille de Savannah, en Géorgie, ce qui lui valut un grade d’officier et le nouveau surnom de Mars (le dieu de la Guerre).

Capitaine d’infanterie à la Révolution, il repoussa, à la tête du 16e régiment, malgré 6 blessures, une attaque menée par les colons contre le Cap en juin 1793.

Le 24 septembre 1793, Jean-Baptiste Belley, élu à l’unanimité pour aller représenter la colonie de Saint-Domingue à la Convention, s’embarquait pour la France, avec une escale à Philadelphie et New-York.

Pris à partie par des esclavagistes de Philadephie, qui ne comprenaient pas qu’un Africain aille siéger comme député, il leur rappela fièrement son engagement pour l’indépendance américaine : « Quand on sait sauver les Blancs et les défendre, on peut bien les commander !»

Arrêté à son arrivée à Lorient, il fut rapidement libéré et accueilli triomphalement, avec Mills et Dufay à la Convention, le 3 février 1794.

Le lendemain, l’ancien petit esclave arraché à son île de Gorée, rappelant que l’abolition de l’esclavage était déjà entrée en vigueur à Saint-Domingue, faisait voter l’abolition de l’esclavage dans toutes les colonies françaises (4 février 1794).

Belley restera parlementaire jusqu’en juin 1797, date à laquelle il retournera à Saint-Domingue, pour y prendre le commandement de la gendarmerie.

Destitué et arrêté en juillet 1802, sur ordre de Napoléon Bonaparte, Jean-Baptiste Belley fut déporté au camp de triage de Brest et de là envoyé à la citadelle de Belle-Isle-en-Mer avec Placide Louverture.

Il est mort à Belle-Isle-en-Mer le 6 août 1805, après trois ans de détention.

 

 

Ecrit par

3 Contributions

  1. Hubert Morquette dit :

    Pourquoi c’est a 65 ans que je dois apprendre l’histoire de cette homme qui me rappelle celle de Toussaint Louverture? Il doit y en avoir beaucoup d’autres qui ont marqué l’histoire et dont nous devons être très fiers. Historiens haïtiens, allez-y, contez nous la vraie histoire de cette terre et de nos ancêtres et qu’on l’enseigne à nos enfants

  2. capgras dit :

    Si les années passées étaient à eux, les années futures seront les nôtres. Naturellement, leurs convictions fondamentales seront mise à mal et leurs souffrances seront proportionnelles à nos souffrances passées.

  3. Joss Rovélas dit :

    Encore une preuve de la négrophobie congénitale de Napoléon Bonaparte. L’acharnement de ce pauvre type complexé contre un Africain déporté esclavisé qui s’était libéré lui-même et avait vaillamment combattu dans l’armée républicaine devrait nous éclairer sur les causes de la persistance de l’oppression raciale, sociale, économique et culturelle que nous subissons toujours en 2013.

Ajouter une contribution