Le génocide de 1802

Le rétablissement manqué de l’esclavage en Haïti, en 1802, s’est accompagné d’exactions dont il est difficile de nier le caractère génocidaire.

Voyant qu’il lui serait impossible de rétablir l’esclavage, du fait de la détermination farouche de la population à résister, Leclerc, l’émissaire de Napoléon en Haïti, a choisi l’extermination fondée sur la couleur de peau.

C’est la première fois dans l’histoire qu’un gouvernement prend la décision d’exterminer des civils sur un critère purement raciste et qu’il s’en donne techniquement les moyens.

Leclerc envoie deux lettres très claires à Napoléon.

Le 17 septembre 1802, il écrit : « J’aurai à faire une guerre d’extermination. »

Le 7 octobre 1802, il précise, au cas où Napoléon n’aurait pas compris, que l’extermination doit porter sur la population civile :

« Il faut détruire tous les nègres de la montagne, hommes et femmes, ne garder que les enfants au-dessus de 12 ans, détruire la moitié de ceux de la plaine. »

Ces lettres, qui nous sont parvenues – et qui ont été publiées – étaient évidemment accompagnées d’explications détaillées qui ne pouvaient se dire que de vive voix et dont était chargé l’officier qui était porteur de la correspondance destinée à Napoléon.

Le programme que se fixe Leclerc consiste à supprimer environ 300 000 civils (les anciens esclaves).

Pourquoi ce génocide ? Leclerc est persuadé que la solution n’est pas de rétablir l’esclavage mais d’exterminer les 3/5ièmes des anciens esclaves et de remplacer la population exterminée par de nouveaux esclaves importés d’Afrique.

Leclerc – qui est mort entre temps de la fièvre jaune -n’a pas eu connaissance de la réponse de Napoléon qui approuvait totalement cette politique, mais son successeur, Rochambeau, a reçu l’autorisation de perpétrer le génocide.

Il est entrepris à grande échelle, notamment en se servant, dans les cales des bateaux de guerre, du gaz mortel  formé par la combustion du soufre, ce qui est attesté par de très nombreux témoins et historiens (dont Schoelcher).

Les marins enfermaient la population dans les cales des bateaux et les gazaient. Les corps étaient ensuite jetés à la mer, lestés avec des boulets ou des sacs de sable.

Des chiens ont également été utilisés.

On peut estimer que le plan d’extermination de Napoléon a causé la mort de cent mille civils.

 

voir Claude Ribbe Le Crime de Napoléon (Le Cherche Midi)

 

 

 

Ecrit par

5 Contributions

  1. SAPOTILLE dit :

    ET DIRE QUE LA FRANCE HONORE CES MEURTRIERS ; AUX GRANDS HOMMES LA PATRIE RECONNAISSANTE D’AVOIR ASSASSINE DES MILLIONS D’ AFRICAINS innocents.

  2. Cissé dit :

    Hallucinant ce que je découvre sur Napoléon a travers ce site. Encore une fois merci.

    • Charles Denis Belhomme dit :

      C’était par une supercherie et de faux papiers que le jeune Napoléon fut reçu à Brienne où l’on exigeait plusieurs quartiers de noblesse en 1782 pour entrer dans les écoles militaires.

  3. Fabre dit :

    A nous d’écrire une autre histoire

  4. Dadny dit :

    Merci pour cette Histoire !

Ajouter une contribution