Les Africains sont-ils responsables de l’esclavage ?

L’argument classique des esclavagistes européens des 17e et 18e siècles, c’est que les responsables de la mise en esclavage des Africains seraient les Africains eux-mêmes.

Cet argument est couramment utilisé au XXIe siècle dans un but révisionniste, pour minimiser le préjudice causé aux Africains et à leurs descendants par la traite et l’esclavage racistes pratiqués par les Européens pendant quatre siècles.

Il a l’avantage d’opposer les descendants d’esclaves aux descendants de colonisés qui les auraient « vendus » et d’éviter toute revendication commune.

Pour prévenir toute contradiction avec le dogme chrétien, universaliste, qui accorde aux Africains la qualité d’hommes, les esclavagistes considéraient, ou feignaient de croire, avec une parfaite hypocrisie, que les Africains qu’ils embarquaient étaient déjà esclaves en Afrique.

C’est grâce à ce argument que Louis XIII, qui refusa dans un premier temps de donner son accord à la mise en place d’une politique esclavagiste de la France, finit par céder : on lui fit valoir que le transport d’Africains païens et déjà esclaves pouvait être un moyen de les convertir, puis de les libérer. C’était en quelque sorte une bonne action.

Voltaire a systématiquement utilisé le procédé de l’Africain esclavagiste.

« Nous n’achetons des esclaves domestiques que chez les nègres : on nous reproche ce commerce. Un peuple qui trafique de ses enfants est encore plus condamnable que l’acheteur. Le négoce démontre notre supériorité : celui qui se donne un maître était né pour en avoir. »

L’argumentation insupportable de Voltaire – qui ose soutenir que les Européens démontrent leur supériorité par l’esclavage – ne repose sur aucune vérité. La quasi-totalité des Africains déportés aux Antilles étaient des hommes, des femmes, des enfants libres, arrachés à leur village, capturés pour le compte des négriers européens.

Il était moralement plus acceptable et surtout plus rentable de déléguer les opérations de capture à des subordonnés locaux, à qui l’on fournissait des armes et à qui l’on accordait une rétribution sous forme de marchandises sans valeur ou de denrées avilissantes (l’alcool).

Parfois, le seul salaire des intermédiaires était d’éviter d’embarquer eux-mêmes dans le bateau négrier.

L’utilisation d’intermédiaires locaux était un gain de temps, car plus tôt un bateau négrier arrivant sur les côtes d’Afrique repartait vers les Antilles, moins il y avait à payer et à nourrir l’équipage, plus rentable était l’expédition.

Ces subordonnés n’étaient évidemment qu’une minorité travaillant pour le compte des négriers.

En ce sens, il est absurde et particulièrement malhonnête de faire porter, à tout un continent victime de la traite et de l’esclavage, la responsabilité d’un crime organisé depuis l’extérieur, sous prétexte que quelques collaborateurs auraient participé à ce crime.

La plupart des rois africains ont au contraire résisté autant qu’ils l’ont pu à la mise en esclavage de leur peuple. Mais les esclavagistes européens se sont attachés à favoriser des guerres intestines pour que ces résistants soient remplacés par collaborateurs des opérations de traite.

C’est bien évidemment la surveillance des opérations de traite, de capture et de déstabilisation du continent africain qui a légitimé l’établissement de « comptoirs » européens sur les côtes, qui disposaient de petites garnisons.

Certains « historiens », subventionnés et encouragés par les gouvernements européens, se sont attachés, au début du XXIe siècle, à minimiser le rôle de l’Europe dans la traite raciste organisée à partir du 15e siècle par l’Europe contre l’Afrique. Pour cela, reprenant l’argumentation traditionnelle des négriers, ils ont cherché à mettre en évidence une prétendue « traite africaine » qui aurait existé de toute éternité et ils ont cautionné ces élucubrations de leur autorité « scientifique ».

D’après les travaux d’historiens plus sérieux et plus honnêtes -notamment l’Américain Patrick Manning -tout porte à croire que la traite ne s’est développée en Afrique qu’à partir du 15e siècle, pour subvenir aux besoins des Européens qui ont bouleversé durablement la civilisation de tout un continent.

En ce sens, l’utilisation de collaborateurs pour les opérations de traite aux 17e et 18e siècles préludait aux politiques de déstabilisation consistant à mettre en place, à la tête des gouvernements africains, des hommes de paille ou à provoquer des coups d’État, procédés couramment utilisés à la fin du XXe et au début du XXIe siècle, malgré une décolonisation apparente, pour maintenir, à des fins bien entendu économiques, le continent africain sous la tutelle de l’Europe sous prétexte que l’Afrique ne serait pas mûre pour la démocratie et que les dirigeants seraient corrompus.

Ecrit par

8 Contributions

  1. Mbock dit :

    C’est une invention occidentale et ils sont reputes pour nier leurs crimes. Le plus recent example est celui de la France qui avait longtemps nié sa répression au Cameroun en pays Bassa et Bamilekes ou ils ont delibérément utilisé le liquide orange (qui est de l’acide) pour brûler les hommes, les animaux et même la vegetation : on a parlé de 500 000 morts. Hollande venait de le reconnaitre lors de sa tournee du 07/03/2015 au Cameroun et ce parce qu’il avait le dos au mur: des combattants français auraient ete arrêtes dans les rangs de Boko Haram aidant la secte islamiste. Même le mot commerce triangulaire est une ineptie. Le seul commerce se faisait entre l’europe et l’Amérique; il n’y a jamais eu de commerce d’hommes en Afrique autrement pourquoi venir armés pour acheter s ‘il s’était s’agi de commerce? Et pourquoi y aurait t-il eu des résistants?
    C’est pareil pour le faux Jesus qu’ils présentent comme étant le Messie. Les Africains n’ont jamais compris pourquoi il l’appellent ainsi; mais c’est parce que c’est ce faux Jesus qui a sauve l’Europe de la syphilis et de la misère. Voila un personnage mysterieux dont le vrai visage n’est connu de personne. Il serait ne a Bethlehem en Judee . Mais la-bas personne ne le reconnaît: ni ses freres juifs, ni ses cousins arabes. Aucun d’eux ne se souvient du véritable visage de Jesus, meme pas sur des peintures; mais en Europe ils savent que Jesus avait les cheveux blonds et des yeux bleus. D’autres disent d’ailleurs que Jesus doit etre tout sauf un noir.

  2. Néfertiti dit :

    Dire que les Africains sont responsables de l’esclavage, c’est comme si l’on disait que les juifs sont responsables de la Shoah sous prétexte que certains juifs ont collaboré.

  3. FELIX-EDMOND dit :

    De toute façon, il est bien connu que les « nègres », par définition, sont responsables de tout. N’est-ce pas ?

  4. Ed Warner dit :

    Les collaborateurs locaux – sauf rares exceptions peut-être – c’est difficile à croire. Ce n’était pas envisageable pour un Africain de trahir son frère. Ce n’était pas dans leur philosophie.

    Pour moi, la responsabilité des Africains, c’est tout simplement une invention du colon visant à semer la zizanie.

    Je ne pense pas non plus que l’Afrique ait été esclavagiste avant d’être victime de l’esclavage.

  5. Edouard Carré dit :

    Je n’imaginais même pas que l’on puisse poser cette question encore aujourd’hui !

    • LaCec dit :

      Mais la réponse est rapide et claire.

      Beaucoup ne se la posent même pas, pour eux c’est clair : les Africains sont responsables de tout.

      D’ailleurs, aux US, Obama va provoquer le prochain tremblement de terre ou le prochain accident nucléaire. Vous n’étiez pas au courant ?

      Tout comme Trayvon Martin (paix à ton âme, petit jeune homme) a provoqué sa propre mort en étant « noir ». Il s’est même fait suivre par son assassin qui s’en défendait !

      • La réponse ? Eh bien oui, ils sont responsables. Parce que ce sont les Africains qui avaient pris la mer, traversé l’océan pour venir jusqu’en Europe se présenter aux blancs en sacrifice en les suppliant de les emmener sur des terres lointaines, entassés comme du bétail pour aller se faire déshumaniser en Amérique au profit des colons esclavagistes.

      • Valerie dit :

        L’assassin qui est sorti lavé du procès.

Ajouter une contribution