L’héroïque sacrifice des Africains de Chasselay

Les 19 et 20 juin 1940, une centaine de soldats africains du 25 e régiment de tirailleurs sénégalais, sauvant l’honneur d’une armée française trop souvent en fuite, se sont battus héroïquement à Chasselay (Rhône), jusqu’à la dernière cartouche, pour barrer la route à la division SS Totenkopf et protéger la ville de Lyon, abandonnée par les autorités.

Pendant deux journées, à cent contre dix mille, les Africains ont bravement tenu tête à des nazis qui n’avaient jusque là pratiquement trouvé aucune résistance.

Une cinquantaine d’Africains sont tombés au combat. Les survivants, une soixantaine, ont été exécutés à la mitrailleuse ou écrasés vivants sous les chenilles des chars.

Un monument – le Tata de Chasselay -a été élevé à leur mémoire dès 1942 par la population de la commune, émue par leur courage et traumatisée par ce massacre.

Une cérémonie y est organisée chaque année le 11 novembre et le 8 mai.

chasselay

 

 

 

 

 

Ecrit par

2 Contributions

  1. PIERRE-JEAN dit :

    Je vous propose de vous pencher sur quelques grandes figures. D’abord sur Lénis Blanche, qu’on ne peut réduire à sa collaboration avec Vichy; c’est aussi le fondateur de l’AGEG (association générale des étudiants guadeloupéens, en France). Tous les anciens étudiants guadeloupéens de l’hexagone qui ont milité dans cette organisation connaissent l’apport de l’AGEG dans la formation politique et citoyenne de nombreux responsables politiques anciens et actuels de la Guadeloupe.
    Rémy NAINSOUTA, illustre vétérinaire guadeloupéen, qui a œuvré en Afrique et enrichi l’étude du créole guadeloupéen, de retour au pays. MORTENOL, premier polytechnicien guadeloupéen, qui a grandement contribué à la défense de Paris pendant la 1ère Guerre mondiale sous l’autorité de GALLIENI. Un historien guadeloupéen, petit fils de typographe et d’historien guadeloupéen, à la psychologie très particulière, lui a consacré plusieurs écrits à diffusion restreinte, de tonalité négative, anachronique, qui ne lui rendent pas justice.
    Georges NICOLO, physicien guadeloupéen, qui a contribué au développement de la technologie de la télévision en France grâce à ses découvertes et qui se piquait de politique car il s’est présenté à plusieurs reprises à l’élection présidentielle; il a été à l’origine d’un arrêt célèbre en droit administratif : « l’arrêt NICOLO ».
    Voici quelques exemples qui pourraient alimenter vos chroniques historiques mais aussi l’enrichir dans le cas de Lénis BLANCHE, qui a publié dans La revue philosophique, si je ne m’abuse, des écrits qui méritent peut être d’être signalés. Mais je ne suis pas philosophe. Je précise aussi qu’il a lutté contre le racisme, notamment celui que véhiculait le journal Le Monde, dans les années 60.

  2. Amadou Ba dit :

    Une page d’histoire méconnue et qui doit être étudiée et diffusée au grand public.
    Merci pour cette contribution.
    Pour celles et ceux qui sont intéressés à approfondir leurs connaissances sur la participation des soldats africains dans les guerres coloniales françaises , je les prie de lire mon livre sur les Les « Sénégalais » à Madagascar, militaires ouest-africains dans la conquête et la colonisation de la Grande Île 1895-1960. Ce livre est paru en aout 2012 aux editions l’Harmattan (Etudes africaines). Il est disponible dan toutes les librairies de l’Harmattan.
    Dr Amadou BA
    Enseignant Université Laurentienne Subury Ontario Canada.

Ajouter une contribution