Louis XIII

Après la colonisation française des Antilles, effective à partir de 1625 et aussitôt encouragée par Richelieu, Louis XIII fut sollicité pour autoriser le recours à l’esclavage des Africains.

Il semble que Louis XIII y était viscéralement opposé, pour des raisons religieuses et tout simplement morales.  Le roi pensait que tous les hommes avaient la même origine, sans distinction de couleur et qu’on ne pouvait par conséquent mettre ses frères en esclavage.

Dans ce contexte, l’influence des confesseurs du roi a pu être déterminante.

Le père Jacques Sirmond, confesseur du roi, fut congédié avec éclat en mars 1642 et remplacé par le père Jacques Dinet, ancien professeur de Descartes au collège de La Flèche. Dinet était proche de Mazarin, l’homme de confiance de Richelieu qui finit par prendre le pouvoir le 5 décembre 1642.

Il est souvent dit que Louis XIII aurait cédé en 1642,alors qu’il était mourant. On aurait joué sur l’argument selon lequel la mise en esclavage des Africains serait un moyen de les convertir. Cette version d’un consentement royal après réticences est donnée par le père Labat en 1722 et reprise par Montesquieu en 1748. Elle avait l’avantage de dédouaner Louis XIV qui n’aurait fait que proroger une décision déjà prise (à regret) par son père.

Mais aucune date précise ni un aucun texte signé du roi Louis XIII n’ont jamais été produits, les « historiens » se contentant de se recopier les uns les autres pour dire que Louis XIII aurait « autorisé l’esclavage en 1642 ».

Il est plus probable que Louis XIII s’y est opposé jusqu’à sa mort.

Selon Joseph Elzéar Morénas (Précis historique de la traite des noirs et de l’esclavage colonial Paris, 1828, page 221) les choses sont très claires :

« Sous Louis XIII, les colons sollicitèrent une loi qui leur permît l’usage des esclaves noirs; mais ce monarque refusa son assentiment aux pressantes sollicitations qui lui furent faites, ne voulant point introduire dans ses états un système d’iniquités aussi étranges. Le cardinal de Richelieu, moins scrupuleux, ne pouvant obtenir l’adhésion du roi pour introduire la traite des noirs, que plusieurs nations d’Europe faisaient depuis longtemps, encouragea, au moins par son silence, les compagnies qu’il protégeait à faire entrer frauduleusement des nègres dans les colonies. C’est à tort que plusieurs écrivains ont accusé Louis XIII d’avoir procuré ce trafic à la France; c’est Richelieu seul qui est coupable d’avoir favorisé son introduction. Ce commerce était déjà considérable lorsque Louis XIV légalisa son existence, par un édit du 26 août 1670, qui accorde une prime à l’importation des noirs. »

Ecrit par

2 Contributions

  1. Denis Merlin dit :

    Merci par ce texte de remettre les choses au point concernant Louis XIII. Recopiages et diffamations tissent souvent les textes « historiques ».

    Dans cet esprit le « Code noir » ne serait, pour certains, que la réglementation d’une pratique sans fondement légal ou moral.

    Ces faits contredisent la légende noire d’origine marxiste et reprise par l’ONU au sujet de l’esclavage transatlantique.

    De très nombreuses légendes circulent et sont même consolidées par des « lois ».

Ajouter une contribution