Madame Desbassayns

L’opulente Madame Desbassayns (1755-1846), pour l’état-civil Marie-Thérèse Ombline Gonneau Montbrun épouse de Henri Paulin Panon Desbassayns, fut l’une des plus importantes propriétaires esclavagistes de l’île de La Réunion.

Installée à Saint-Paul et propriétaire de plus de 400 esclaves, elle a marqué (plutôt négativement) la mémoire réunionnaise, jusqu’à passer pour une sorcière, malgré les efforts des tenants de l’esclavage pour en faire une figure positive et vanter, à travers elle, un prétendu « humanisme » des négriers.

L’une de ses résidences, à Saint-Paul, a été transformée en musée, le musée Villèle, du nom de son gendre, Joseph de Villèle, Premier ministre ultraroyaliste et esclavagiste (1822-1827) sous Louis XVIII et Charles X qui tenta une reconquête d’Haïti et 1822 et lui imposa en 1825 un tribut faramineux. Outre le soutien inconditionnel qu’il accorda au lobby des négriers, Villèle est par ailleurs connu pour avoir pris des mesures ultra-réactionnaires, dont la fermeture temporaire de l’École normale supérieure.

Ecrit par

Pas de contribution

Ajouter une contribution