Mission Voulet-Chanoine

En janvier 1899, les capitaines Paul Voulet et Julien Chanoine se lancèrent, pour le compte de la France, à la conquête du Tchad, pour le compte du secrétaire d’État aux Colonies André Lebon qui leur avait signé un ordre de mission en juillet 1898.

La colonne Voulet-Chanoine, qui s’illustra par des actes de barbarie inouïs, se transforma dès le début de 1899 en colonne infernale, perpétrant des massacres dignes des pires exactions nazies.

Récit d’un témoin oculaire (un officier français).

« Des patrouilles doivent s’approcher des villages, s’en emparer à l’arme blanche, tuer tout ce qui résiste, emmener les habitants en captivité, s’emparer des troupeaux. Le 9 [janvier 1899] au matin, la reconnaissance rentre au camp avec 250 boeufs, 500 moutons, 28 chevaux, 80 prisonniers. Quelques tirailleurs ont été blessés. Afin de faire « un exemple », le capitaine Voulet fait prendre 20 femmes-mères avec des enfants en bas âge et à la mamelle, et les fait tuer à coups de lance, à quelques centaines de mètres du camp.  »

En mai 1899, une ville de 10 000 habiants, Birno N’konni, fut rasée et tous ses habitants massacrés.

Le nouveau ministre des Colonies, Antoine Guillain, informé par des rumeurs, envoya le colonel Klobb, responsable de la garnison de Tombouctou, pour intervenir. L’officier fut abattu par Voulet le 14 juillet 1899.

Deux jours plus tard, Voulet et Chanoine étaient exécutés par leurs tirailleurs.

L’important était que le Tchad soit conquis par la France. L’affaire fut vite étouffée et l’on dit que les deux officiers étaient fous. Rares sont les historiens qui estimèrent utile de s’appesantir sur cette affaire.

Ecrit par

Pas de contribution

Ajouter une contribution