Qu’entend-on par concurrence des mémoires ?

Depuis la fin du vingtième siècle, l’esclavage perpétré par l’Europe contre les Africains, du Moyen Age au XIXe siècle, tend à être reconnu comme un crime contre l’humanité.

Certains ont brandi l’argument selon lequel les descendants d’esclaves ne seraient pas fondés à faire état du crime perpétré contre leurs ancêtres au motif qu’ils entreraient en « concurrence » avec d’autres descendants et en particulier les descendants des juifs victimes du nazisme.

On a même vu un historien, Olivier Pétré-Grenouilleau, écrire dans un journal que la loi Taubira qui reconnaît l’esclavage comme un crime était « de nature à renforcer l’antisémitisme en France ».

Il s’agit bien évidemment d’un argument spécieux destiné non seulement à tenter de nier l’esclavage et la traite transatlantiques en tant que crimes, mais aussi de dresser les uns contre les autres.

Dans son Discours sur le colonialisme, Césaire a clairement affirmé que les exactions insupportables de la Seconde guerre mondiale, qui sont des offenses à l’humanité tout entière, sont dans le droit prolongement des exactions tout aussi insupportables préalablement commises contre les peuples asservis et colonisés.

Même si la folie nazie était principalement dirigée contre les juifs, quelques Africains eurent à souffrir de la même folie. Certains d’entre eux furent même déportés, stérilisés ou massacrés.

Par ailleurs, il y eut des  exemples, notamment en Haïti en 1802, où l’utilisation de méthodes d’extermination massive fut tentée contre une population civile, au nom du racisme. On utilisa des gaz pour commencer un génocide qui fit plusieurs milliers de victimes.

L’humanité étant une et indivisible, tout acte de racisme dirigé contre un être humain, quelle que soit sa couleur ou sa religion, est un acte qui fait grief à l’humanité tout entière.

Pour qu’il y ait concurrence des mémoires, il faudrait qu’il y ait aussi des « races » humaines en concurrence. or c’est précisément au nom de l’idée fumeuse de « races » poussée jusqu’au bot de sa logique que le génocide de la Seconde guerre mondiale a pu s’accomplir.

Ce n’est donc faire concurrence à personne que de dénoncer un crime contre l’humanité qui a coûté à la vie à plusieurs dizaines de millions d’Africains, qui a frappé un continent, qui a mis au bas mot 12 à 15 millions de personnes en esclavage dans des conditions déshumanisantes qui favorisaient leur mort rapide.

 

 

Ecrit par

2 Contributions

  1. Mihou dit :

    Tant que les lions n’auront pas leurs propres historiens, les histoires de chasse continueront de glorifier le chasseur. (proverbe africain)
    Merci d’être là pour permettre aux lions de connaître et surtout d’apprendre leur histoire: la vraie Histoire des lions africains et afro-descendants.

  2. Joss Rovélas dit :

    Merci pour cette mise au point indispensable par les temps qui courent. Mise au point autant indispensable pour les Européens que pour ceux qui sont aliénés par le discours dominant des descendants des bourreaux véhiculé par les institutions et les médias.

Ajouter une contribution