Victor Schoelcher (1804-1893)

Victor Schoelcher, d’origine alsacienne, est né à Paris en 1804 dans une famille bourgeoise qui était propriétaire d’une fabrique de porcelaine.

Autodidacte, Schoelcher eut l’occasion d’effectuer un voyage en 1828-1830 où il découvrit l’esclavage, notamment aux États-Unis et à Cuba.

Par suite, il commença à militer pour l’abolition, mais progressive. Schoelcher, au début était opposé à l’abandon de la peine du fouet.

La position de Schoelcher évolua à la suite d’un second voyage aux colonies.

Nommé sous-secrétaire d’État aux Colonies dans le gouvernement provisoire de 1848, il contribua à faire adopter l’abolition immédiate de l’esclavage qui, vu la situation aux colonies, était inévitable.

Schoelcher est loin d’être le seul à avoir milité pour l’abolition.

Le Martiniquais Cyrille Bissette, qui allait devenir son rival en politique, luttait dès 1823 pour l’abolition immédiate.

En outre l’abolition de 1848, que Schoelcher fit voter, fut assortie d’un indemnité pour les colons, pas pour les esclaves.

En 1848, Schoelcher fut député de la Martinique, mais écrasé en 1849 par Bissette, il dut se fit élire en 1850 à la Guadeloupe, contre Alexandre Dumas (15 000 voix contre 3000).

Proscrit en 1851 par le prince Napoléon, il s’exile en Angleterre et travaille sur le musicien Haendel dont il rassemble les partitions et auquel il consacre une biographie.

Schoelcher fut réélu par les Antilles en 1870, lors de son retour en France.

Schoelcher est entré au Panthéon en 1949, en même temps que Félix Éboué.

 

 

 

 

Ecrit par

Pas de contribution

Ajouter une contribution